Zistoire ieve ek tourtie dans bord bassin leroi

This is a story taken from the book “Les Littératures Populaires de Toutes les Nations – Le Folk-lore de l’île Maurice” written by Charles Baissac in 1888. (Found on openlibrary.org)

 

Zistoire iève ek tourtie dans bord bassin léroi

Longtemps longtemps dans payi Maurice, ti éna ène léroi qui ti gaigne ène grand bassin. Ladans même li ti baingne so lécorps tous lé bomatins, à cause docteur ti commande li.

A la ène zour, li arrive dans bord bassin. Dileau sale, napa capave baingné.

Léroi appelle gardien, bourre li.

Lendimain, dileau sale.

Troisième jour, dileau sale.

Léroi pèse gardien dans licou, li sacouyé, li dire li:

– Eh! Toi, to lé mo trape lagale dans ça dileau là? Quand dimain bassin napas prope, to va guété sipas mo ronflé toi!

Gardien peir. Asoir li prend so fisil, li cacièt dans féilles sonzes dans bord bassin. Lanouite noir noir, péna laline.

Lheire canon tiré, li tende dimoune vini. Li couté: tac, tac, tac. Ça ti ène iève!

Avant gardien gaigne létemps lève fisil, iève vine droite are li. Li dire li:

– Bonzour, bonjour, gardien! Comment mo content trouve ou! Longtemps ça même mo rodé, à cause mo tiéna bon bon quiqueçose pou donne ou. Goute ça dimiel mo fami fine envoye moi dépi Trois Zilots. Ou va dire moi sipa zamais ou finne trouve ène dimiel comment ça.

Gardien prend calebasse, li avale ène gorzée:

– Matin! Li estra bon!

Gardien tacé ek calettasse là, li vide li.

Mais pa conné qui espèce féyaze iève inne mèt dans dimiel là, gardien nèque létemps allonze so lécorps dans bord bassin. Somèye pèse li, li ronflé. Iève rié. Li tire so linze, li pique dans bassin.

Iève là malice. Lhère li assé. Li sorti dans bassin, li casse ène longue baton, li brouille la boue, li faire ène dileau çocolat dans bassin là. Li allé.

Grand bomatin léroi vini. Li nèque guette so dileau: napas appelle en colère ça!

Gardien encore pé dourmi dans bord bassin. Léroi touque ça bâton là même qui iève ti brouille dileau. Li tombe lahaut gardien, ronflé manman! Gardien péna longtemps pou levé. Lézailes are li! Li vanné, li sauve dans bois, zamais li finne rétourné.

Léroi faire sonne trompette: “Bisoin ène gardien pou veille ène bassin. Houite piasses par mois, demi balle douriz, vivres magasin. Mais quand gardien là laisse dimoune brouille dileau dans bassin, mo va coupe so licou.”

Zanimaux tende ça crié là, zaute tout peir. Personne napas démande pou prend place: coq peir, licien peir, lazoie peir.

Trois zours passé. Iève baingné, brouille dileau. Léroi napas coné qui li pou faire. So lécorps commence gratté. Dépi sept zours li pas fine capave baingné.

Quatriéme zour, zofficier léroi vine dire li qui éna ène dimoune qui démanne gardien bassin. Léroi dire: “Faire rentré!” Ça ti ène faye tourtie. Léroi guette li, li commence en colère:

– Toi ça qui pou foutu empèse dimoune sale mo dileau?

– Oui, mo roi! Moi-même ça!

– To conne condition: quand dileau brouillé, mo pou saute to licou!

– Oui, mo roi! Mo conne condition, et comment la viande tourtie bon pou manzé, ou pou capave faire ène bon cari are moi. Mais mo pas croire qui ou pou capave goute moi ça voyaze là! Vaut mié ou dire ou couisinier plime ène manman poule.

– Bon, mo commère! Dimain bomatin nous va guété. Rente dans to louvraze asoir.

Tourtie allé. Li allé lacase so camrade. Li faire li frotte so lacoque partout partout ek goudron. Lheire solèye couché, li arrive dans bord bassin, li plote dans bord cimin à cote iève pou passé, li aspéré.

Tac, tac, tac. iève vini. Iève trouve ça quiqueçose noir noir là dans milié cimin. Li arété. Li guété. Latête tourtie fine ramasse en bas lacoque: narien bouzé. Tac, tac, tac, iève approce doucement doucement, narien bouzé. Iève maziné. Li vire viré. Li guété, li guété: narien bouzé.

Bon moment li reste tranquille, tranquille: tourtie comment roce même.

Ça coup là, lékeir iève arête batté, li naplis gaigne peir, li dire:

– Ça bien ène rosse! Mo conné astère. Hé! Vous zautes, léroi là bien bon! Li finne faire mèt ène banc pou mo assisé pou tire mo kilotte pou mo alle baingne dans so dileau!

Ièv rié. Li assize lor rosse. Rosse là bouze ène tiguitte. Ièv senti li bouzé:

– Comme ça même domestiques travaille dans payi Maurice! Zaute fine blié cale mo fautéil.

Ene coup là, li lé dessan pou cale so banc, pas capave bouzé. Li fine tacé ek goudron. Tourtie sourti so latête en bas lacoque:

– Qui to croire, compère? Moi, mo croire qui ça voyaze là to maillé même!

Iève sec. Mais li bisoin sayé pou çappe so lavie. Li dire tourtie:

– Hé toi! Hé toi, commère! To pé badine are moi, hein? Ah la mo pé cause doucement, largue moi. Largue moi mo dire toi! Napas faire mo colère lévé!

Tourtie commence marsé pou amène li lacaze léroi. Li nèque dire li:

– Si to content causé, causé pou soulaze to lécorps.

– Ene fois! Dé fois! To napas oulé largue moi?

Bam! Iève flanque li coup lapatte derrière. Lapatte colé! Bam! Laute lapatte oussi tacé. Tourtie napas oquipe ça, li marcé, li souive so cimin. Iève dire li:

– Eh toi! Mo plis fort dans mo lapatte divant, oui! Acoute moi! Largue moi bon keir!

Tourtie marché. Li pas réponne. Boum! Ene coup lapatte gauce. Boum! Ene coup lapatte droite. Collé! Collé! Iève so quate lapattes amarré comment ène coçon qui amène bazar.

Mais pauve malhéré là bisoin saye encore. Li faire vantard ek tourtie, li dire li:

– Acoute bien, mo cause ène dernier fois. Tout mo laforce dans mo latête, ène marteau feraille ça! Quand mo tape ène coup lor toi, mo crase toi comment ène papaye mir. Largue moi, mo dire toi, largue moi!

Tourtie marché, napas réponne narien. Iève lève lève la tête, ramasse tout so la force, tape ène coup. Bom! Latête colé.

Ah là zaute fine arrive lacaze léroi. Tourtie rié, iève ploré.

Quand léroi trouve ça lève là colle collé làhaut tourtie, quand même li en colère li blizé rié. Tourtie dire li:

– Ah là li là, mo roi! Napas tourtie qui ou pou manzé pou ou diné, mais lève qui ou pou manzé. Quand couit li are divin, li bien bon!

Léroi tire so sabe, li saute latête iève, li envoye la cousine. Après ça, li appelle so domestique:

– Eh toi! Mo alle baingné. Vine frotte moi dans dileau: mo lécorps bien sale!

 

This is probably one of the most well known and liked Mauritian tale. Many different versions exist, most of the time the hare dies in some way or another, but in some versions he still manages to escape!

 

English version: The hare, the tortoise and the king’s pond

French version: Le lièvre et la tortue au bord du bassin du roi

 

Back to post